Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
        LA CHRONIQUE SIX-FOURNAISE

LA CHRONIQUE SIX-FOURNAISE

Blog d'informations quotidiennes de L' OUEST-VAR culture, vie associative, portraits, histoire, patrimoine ) SITE GRATUIT

Publié le par lutin-51
Publié dans : #Ouest.var.over-blog, #Camargue
La rue Jean Jaurès, rue principale de la ville d'Aigues Mortes.  Au fond les remparts

La rue Jean Jaurès, rue principale de la ville d'Aigues Mortes. Au fond les remparts

La Camargue recèle de nombreuses richesses. Arles, Aigues-Mortes, le Grau du Roi, les Saintes-Marie de la mer, la Grande Motte en sont de beaux exemples. Détour par quelques villes authentiques...

A l'Ouest du delta du Rhône se dresse Aigues-Mortes. Une commune qui semble surgir entre étangs et marais. Dotée d'une enceinte de 1640 mètres érigée de 1272 à 1300 sur un voeu de Louis IX, Aigues-Mortes a su garder un authentique cachet médiéval. Avec 1,5 millions de visiteurs/an cette commune de 8600 âmes est une des cités fortifiées les plus fréquentées de l'hexagone.

Entre remparts et rues pavées le touriste se sent petit, comme écrasé par l'histoire. Ici celle ci prend tout son relief. La Tour de Constance édifiée entre 1642 et 1654 veille sur les alentours telle une sentinelle. Classée à l'inventaire supplétif des monuments historiques en 1903 elle est un des sites les plus visités. Toutefois son passé est douloureux. Elle fût lieu de prison et de tortures des Templiers en 1307, puis des protestants après l'abolition de l'Edit de Nantes en 1685. Parmi eux, Marie Durand est restée enfermée 38 ans pour avoir refusé de renier sa foi.

Vue sur les salins depuis les remparts, le canal du Rhône à Sète.
Vue sur les salins depuis les remparts, le canal du Rhône à Sète.

Vue sur les salins depuis les remparts, le canal du Rhône à Sète.

La tour de Constance veille sur la ville et les alentours telle une sentinelle

La tour de Constance veille sur la ville et les alentours telle une sentinelle

A l'intérieur de la tour: la salle des gardes, la coupole, l'étoile des bâtisseurs A l'intérieur de la tour: la salle des gardes, la coupole, l'étoile des bâtisseurs A l'intérieur de la tour: la salle des gardes, la coupole, l'étoile des bâtisseurs

A l'intérieur de la tour: la salle des gardes, la coupole, l'étoile des bâtisseurs

Aigues-Mortes c'est également un patrimoine religieux très riche avec Notre-Dame des sablons (13è siècle), classée monument historique en 1990. Elle renferme un autel gallo-romain et des vitraux signés Claude Viallat. A quelques pas on découvre les chapelles des Pénitents blancs et des pénitents gris.

Notre-Dame des Sablons (13è siècle) son autel gallo-romain  et ses vitraux signés Claude Viallat

Notre-Dame des Sablons (13è siècle) son autel gallo-romain et ses vitraux signés Claude Viallat

Flore et faune exceptionnelles

Le charme et la douceur camarguaise sont dus à sa diversités et la double influence de l'eau. Dunes, bois, rivières, étiers et canaux, Aigues-Mortes et la Camargue sont dotés d'une faune (flamands roses, aigrettes, bécasses, hérons cendrés, huitriers, taureaux...) et d'une flore (tapis de saladelles, tamaris, roseaux, iris jaunes etc) exceptionnelles. Ses balades en péniches sont une occasion de les découvrir. Tout comme une halte-étape dans une manade.

Marais, étiers et martelière et la tour Carbonnière (13è siècle)Marais, étiers et martelière et la tour Carbonnière (13è siècle)
Marais, étiers et martelière et la tour Carbonnière (13è siècle)

Marais, étiers et martelière et la tour Carbonnière (13è siècle)

Flamands roses, aigrette, gardian et toro, mouettesFlamands roses, aigrette, gardian et toro, mouettes
Flamands roses, aigrette, gardian et toro, mouettesFlamands roses, aigrette, gardian et toro, mouettes

Flamands roses, aigrette, gardian et toro, mouettes

Non loin d'Aigues-Mortes, le Grau du roi et la Grande Motte donnent une image plus moderne de la Camargue. La première commune a conservé son charme sauvage avec les dunes de l'Espiguette et son port (Port Camargue) est devenu le plus grand port de plaisance d'Europe, la seconde sortie sortie de terre au début des années seventies avec ses immeubles en pyramide nés de l'imagination de l'architecte Jean Balladur.

Mais un séjour en Camargue c'est aussi un passage obligé par les Saintes-Maries de la mer. Son église (9è siècle, monument historique depuis 1840) dédiée à Marie Salomé et Marie Jacobé, sa crypte et Sara, la vierge noire patronne des gitans, sa terrasse panoramique, son marché, ses ruelles colorées, ses fêtes gitanes et ses courses camarguaises. Autant de belles raisons pour découvrir une splendide région.

Texte et photos A.C.

Dans l'église des Saintes-Maries de la mer, la crypte de Sainte-Sara, patronne des gitans

Dans l'église des Saintes-Maries de la mer, la crypte de Sainte-Sara, patronne des gitans

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog